Lorsque notre Bien-aimé Prophète (p.b.s.l.) a honoré Médine, chacun voulait l’héberger dans sa maison. Face à l’enthousiasme de chacun, il  a préféré laisser son chameau Quswâ choisir, il logerait là où sa monture décidera de s’arrêter. Quswâ s’est finalement arrêté sur un terrain appartenant à deux orphelins au nom de Sayl et Suhayl, la maison la plus proche était celle d’Abû Ayyûb al-Ansârî. Le Prophète (p.b.s.l.) a demandé à ce que le terrain soit acheté aux orphelins et les travaux de la mosquée ont pu commencer.

La première construction était de 60 aunes sur 70 (1 022 m²), sur des fondations en pierre et le reste en pisé, de la hauteur de la taille d’un homme et sans toit.

La qibla de cette première mosquée était en direction d’Al-Aqsâ. Deux chambres ont été construites sur la façade Est de la mosquée, l’une pour Âisha et l’autre pour Sawdâ (que Dieu les agrée). Plus tard, ils en construiront sept de plus. Lorsque la qibla a été remplacée par la Ka’ba, la porte qui se trouvait au Sud de la mosquée a été emmurée et une nouvelle ouverture a été faite dans le mur Nord.

La mosquée a été agrandie en l’an 628 pour atteindre les 2 433 m². On a recouvert la partie au dessus de la qibla et l’arrière de la mosquée servait de refuge aux Compagnons de Suffa (Ashâb al-Suffa).

La Mosquée du Prophète n’a pas subi de grands changements à l’époque d’Abû Bakr, mais les deux califes ‘Umar et ‘Uthmân l’ont agrandie. Quant à ‘Umar ibn ‘Abd al-‘Azîz, il a rajouté la chaire et le mihrab. Les Abbassides, Mamelouks et Ottomans ont apporté d’importantes modifications à la mosquée. Notamment le sultan Mahmut II qui a fait surplomber le foyer bienheureux du Prophète (p.b.s.l.) par un dôme, recouvert de plomb et peint en vert. Quant au Sultan ‘Abd al- Majîd, il a fait agrandir la mosquée, qui atteignait désormais les 10 939 m² et a fait décorer les dômes, murs, portes et colonnes avec des versets calligraphiés.

L’agrandissement le plus considérable a eu lieu entre 1984 et 1994, la mosquée mesurait 98 326 m². Avec l’ouverture du toit de la mosquée au public, pour les prières, elle mesurait 165 326 m². Actuellement, 650 000 personnes peuvent prier sur les 200 327 m² de la mosquée, esplanade inclue.

Al-Masjid al-Nabawî est flanquée de 10 minarets dont 6 construits par les Saoudiens. Chaque minaret s’élève à 104 mètres de hauteur.

Elle est ornée de 170 dômes et 27 autres dômes électriques et mobiles.

Le treillis autour de l’esplanade de la mosquée fait 2 270 mètres de long et deux niveaux en sous-sol servent de parking, sanitaires et salles d’ablutions.

HUJRA AL-SA’ÂDA
Pendant la construction de la mosquée, notre Prophète Muhammad (p.b.s.l.) a demandé deux pièces sur la façade Sud. La pièce dans laquelle se trouve actuellement le tombeau du Prophète (p.b.s.l.) était la chambre de notre mère Âisha. Le Prophète (p.b.s.l.) a rendu l’âme dans cet appartement en l’an 632 et il a été enterré au même endroit. Après cela, on a appelé cette pièce “Hujra al-Sa’âda”. Abû Bakr et ‘Umar (que Dieu
es agrée) sont aussi enterrés dans cette pièce. ‘Umar ibn ‘Abd al-‘Azîz a fait construire un mur en pentagone autour des tombeaux.
Nuraddîn Zangi (557 de l’hégire) a, quant à lui, dressé des murs en plomb sur des fondations autour des tombeaux.

AL-RAWDÂ AL-MUTAHHARA
C’est l’espace situé entre la chambre de notre mère ‘Âisha et la chaire de la mosquée. Notre Prophète (p.b.s.l.) a manifesté la vertu de cet endroit par le hadith : “Entre ma tombe et mon minbar se trouve un jardin du Paradis. Mon minbar est au dessus du bassin”8. Il n’y a d’endroit sur terre où se trouve le Paradis, que le Rawda ! Et à l’intérieur, nous pouvons trouver des colonnes qui représentent chacun un souvenir des débuts de l’Islâm à Médine :
1. La Colonne du Sarîr. (Couverture, lit, matelas) :
c’est au pied de cette colonne que notre Prophète (p.b.s.l.) se retirait pour i’tikâf. Juste à coté de la colonne où se trouvait la porte de la chambre de notre mère ‘Âisha.
2. La Colonne du Tawbâ (ou Lubâba) :
le compagnon Abû Lubâba s’est attaché à cette colonne avec des chaines pour supplier Allâh de lui accorder Son pardon. Allâh a accepté.
3. La Colonne de ‘Âisha :
notre mère (que Dieu l’agrée) accomplissait ses prières de nuit au pied de cette colonne. Les compagnons s’appliquaient à prier au même endroit pour suivre son exemple.
4. La Colonne de Harîs (des Gardes) :
les compagnons qui assuraient la garde du Prophète étaient postés devant cette colonne. Lorsque le verset 67 de la sourate al-Mâida a été révélé : “Et Allâh te protègera des gens”, la garde cessa.
5. La Colonne de Wufûd (des Messagers) :
c’est devant cette colonne que le Prophète (p.b.s.l.) accueillait et écoutait les messagers étrangers.

 MIHRÂB AL-NABÎ
Après le changement de la qibla en direction de la Ka’ba, le Prophète (p.b.s.l.) a guidé les prières, pendant quelques temps, vers la colonne de ‘Âisha puis là où se trouve le mihrab actuel. Bien entendu, le mihrab tel que nous le voyons aujourd’hui n’existait pas à l’époque. La première construction remonte au calife omeyyade ‘Umar ibn ‘Abd al-‘Azîz qui en a déterminé l’emplacement. Le Sultan Mamelouk al-Ashraf Qâyit Bay l’a fait rénover en l’an 888 de l’hégire (1483 grégorien).

 LE MINBAR
Au début, le Prophète (p.b.s.l.) prêchait debout, puis il s’est adossé au tronc d’un dattier. La 3ème année de l’hégire on lui fit construire un minbar de deux marches. Le minbar actuel, un chef-d’oeuvre de 7 mètres de hauteur, a été bâti en 1590 par le Sultan Ottoman Murat III. Le Prophète (p.b.s.l.) a dit : “mon minbar est au-dessus de mon bassin du Paradis”.

SUFFA
“Suffa” signifie “la place ombragée”, l’Envoyé d’Allâh (p.b.s.l.) avait demandé à ce que l’on recouvre cette partie, à l’arrière de la mosquée sur la façade Nord-est, avec des branches de dattiers. Il n’y a actuellement aucun signe concret qui désigne cet endroit dans la Mosquée du Prophète. C’est ici que le Prophète (p.b.s.l.) enseignait la religion, c’était en quelque sorte la première université de l’Islâm. Beaucoup de compagnons ont étudié à Suffa, l’un des plus célèbres d’entre eux est Abû Hurayra (que Dieu l’agrée).