Médine est une ville à l’Ouest de la péninsule arabique, à 390 km de La Mecque. Elle est entourée par la Montagne d’Uhud au Nord, la Montagne d’Ayr au Sud et des étendues de rochers volcaniques appelées Waqîm à l’Est et Wabara à l’Ouest. Malgré ce périmètre montagneux, la ville se dresse sur une surface plate.
Les plus anciens habitants de la ville, qui s’appelait alors Yathrib, sont les juifs Amalécites, ainsi que la tribu d’Aws et de Khazraj. Après l’hégire, le Prophète Muhammad (p.b.s.l.) a changé le nom de la ville qui signifiait “nuire, porter atteinte” par “Tâba” ou “Tayba” qui signifie “belle”. Mais on l’appelle plus souvent “al-Madina al-Munawwara” dans le sens de “la Ville Illuminée”.

Lors de l’hégire, Médine était déjà une cité organisée, avec une économie qui s’appuyait sur l’agriculture. Le Prophète (p.b.s.l.) a voulu encourager l’urbanisation ; ainsi l’aménagement de la ville s’est fait en parallèle avec la pratique et l’expansion de l’Islâm dans la ville. Dans ce cadre, elle a été aménagée selon les trois fonctions principales de la vie urbaine : la défense et la direction, l’économie et le marché, le culte. La ville s’est développée autour de la Mosquée du Prophète, qui en était le centre.

L’Envoyé d’Allâh (p.b.s.l.) a aussi pensé aux sépultures des défunts et a choisi le lieu-dit “Baqî’” pour les enterrements. C’est à Médine que le modèle classique de la ville musulmane, repris par les autres civilisations islamiques, a été appliqué pour la première fois ; la mosquée est au centre de la ville et les édifices nécessaires à l’urbanisation, comme la maison du chef, le marché, le cimetière et les quartiers, s’installent
out autour.

Le Prophète (p.b.s.l.) a sacralisé la ville de Médine après l’hégire par ces mots : “Seigneur, Ibrâhîm a sanctifié La Mecque, je sanctifie Médine entre ses deux montagnes…”

Il a aussi montré l’importance qu’il donnait à cette ville à travers son hadith : “Seigneur, donne deux fois plus d’abondance (baraka) à la ville de Médine que Tu en as donné à La Mecque”.